Accueil Santé 5 choses dans votre chambre qui causent le cancer

5 choses dans votre chambre qui causent le cancer

488

Pour réduire nos risques de souffrir de cancer, les nutritionnistes et les médecins nous recommandent de manger sain, de boire beaucoup d’eau, de dormir 8 heures par nuit et d’éviter la malbouffe, le stress et les mauvaises habitudes. Mais qu’en est-il de notre environnement quotidien et surtout de notre chambre à coucher ? Est-elle aussi saine que nous le pensons ? Découvrons les 5 choses potentiellement cancérogènes qu’elle contient.

Avant de vous donner la liste des éléments à éliminer ou à remplacer, il est important de commencer par se tourner vers des produits nettoyants naturels, qui ne contiennent pas de substances toxiques, et de veiller à ouvrir les fenêtres chaque matin afin d’aérer et d’ensoleiller l’espace.

Les 5 choses dans votre chambre à coucher qui peuvent causer le cancer :

La literie, les vêtements et tout autre tissu synthétique

Quand vous choisissez votre matelas, vos draps, vos oreillers, vos taies et mêmes vos vêtements, veillez à choisir des matières organiques, qui ne représentent aucun danger pour votre santé. En effet, la plupart des matières synthétiques utilisées, telles que l’acrylique, le nylon et le polyester, sont des matières thermoplastiques, qui dégagent des molécules de gaz une fois exposées à la chaleur. Pensez également à acheter des draps – ainsi que toute la parure de votre lit, y compris les oreillers – en matières organiques pour couvrir votre matelas qui est généralement recouvert d’une matière chimique qui limite la propagation du feu en cas d’incendie.

Ceci sans oublier de vérifier également la qualité de votre garde-robe, car des vêtements infroissables sont synonymes de présence de formaldéhyde, une substance chimique allergène très irritante pour la peau et les muqueuses.

Les meubles avec matières artificielles

Il est vrai que certaines matières synthétiques présentent des avantages par rapport aux matières naturelles, tels que le fait d’être anti taches ou résistantes à l’eau, mais leurs effets sur la santé sont extrêmement néfastes. En effet, pour acquérir ces propriétés, elles sont traitées avec des substances chimiques à toxicité élevée. De plus, les ausses-matières comme le faux cuir par exemple, contiennent du PVC, une matière faite à base de sel et de résidus de pétrole et qui, exposée au soleil, émet des COV qui s’accumulent dans l’air, et provoquent de nombreux problèmes de santé tels que les troubles respiratoires, les maux de tête, les irritations oculaires et les nausées, en plus de leur effet polluant sur l’environnement.

Il est également recommandé d’éliminer de votre maison tout meuble fait de panneaux de particules ou de MDF, car malgré leur aspect pratique et leur coût assez bas, ces matériaux contiennent une trop grande quantité de résine et de formaldéhyde, dont l’inhalation aggrave l’asthme et les maladies des poumons. De plus, ce dernier a été associé au carcinome nasopharyngé.

La peinture COV

Pour que la peinture ait une viscosité et un écoulement qui facilitent son application et donnent un bon effet en finition, on y ajoute des solvants. Ces derniers sont des Composés Organiques Volatils qui, comme expliqué dans le point précédent, réagissent avec d’autres polluants quand ils entrent en contact avec les rayons du soleil, et impactent votre santé.

Les chaussures

Pour préserver votre santé et réduire vos risques de cancer, il est très important de ne pas entrer chez vous, alors que vous portez toujours vos chaussures. Celles-ci transportent à leur surface plus 421 000 bactéries différentes dont 90% à 99% se retrouvent sur le sol de votre maison.

Les appareils électroniques

Téléphones, ordinateurs portables, tablettes, etc. sont des appareils qui émettent constamment des ondes électromagnétiques. Appelées radiofréquences, et qui ont un effet perturbateur sur la structure et la fonction du système nerveux. De plus, ces radiofréquences ont été classées par le Centre International de Recherche sur le Cancer comme étant cancérogènes possibles.

Santé+