Thyroïde : quoi manger et quoi éviter ?

Thyroïde : quoi manger et quoi éviter ?

390
PARTAGER
Afin d’aider notre thyroïde à bien faire son travail et à synthétiser les hormones correctement, il existe des aliments plus ou moins bénéfiques à connaître.

La thyroïde est essentielle pour réguler notre métabolisme, notre température corporelle, le battement de notre cœur et…faire fonctionner notre organisme. Lorsqu’elle a du mal à produire assez d’hormones, elle favorise la prise de poids, la dépression et la sensation de froid. Lorsqu’elle en produit trop, nous perdons du poids, transpirons et devenons irritables.

La génétique, les maladies, le stress et les toxines présentes dans notre environnement peuvent perturber la thyroïde. L’alimentation joue aussi un rôle très important. Voici donc une liste de ce que vous devriez mettre dans votre assiette, ou éviter à tout prix, pour favoriser son bon fonctionnement.

Le sel et les baies

La thyroïde a besoin d’iode pour synthétiser correctement ses hormones. Les besoins exacts sont variables selon l’âge, le sexe et les situations physiologiques, mais sont particulièrement importants chez la femme enceinte. « Le sel de table enrichi est utilisé en France comme vecteur d’enrichissement en iode », rappelle l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Les autres aliments riches en iode sont principalement les produits d’origine marine : poissons, crustacés, mollusques. Les algues le sont également, mais restent peu consommées en Europe.

Tous les aliments riches en antioxydants, comme les baies, sont également bénéfiques pour la thyroïde. Les fraises, les mûres, les canneberges et les baies de goji font partie des plus intéressants.

Les produits laitiers et les œufs

Le yaourt nature, ainsi que le lait demi-écrémé sont de bonnes sources de iode. Le site américain Health suggère de privilégier les laits enrichis en vitamine D pour les personnes souffrant d’une thyroïde peu efficace (hypothyroïdie). Un autre super-aliment à ne pas sous estimer : l’œuf. Il contient lui aussi du iode, ainsi que du sélénium, des nutriments essentiels à la thyroïde.

Le bœuf et le poulet

Le zinc est un oligo-élément qui joue un rôle important dans le métabolisme des glucides, des lipides et des protéines. Il aide ainsi la thyroïde à bien fonctionner. Pour éviter les carences, privilégiez certaines viandes comme le bœuf et le poulet, ainsi que les huîtres, le soja, le pain complet, le jaune d’œuf et les germes de blé.

A éviter : le faux sel

Vous pensiez peut-être pouvoir combler vos besoins en iode en consommant des aliments industriels riches en sel. Mauvaise idée. Ces produits sont effectivement très salés et pleins de sodium, mais ne contiennent pas forcément d’iode. Même constat pour les aliments vendus par les chaînes de fast-food. En absorbant trop de sodium, le seul changement dans l’organisme est un risque accru de maladies cardiovasculaires.

Sante Magazine