Amitié homme-chien : une histoire d’hormone

Amitié homme-chien : une histoire d’hormone

PARTAGER

Si le chien est le meilleur ami de l’homme, c’est tout simplement parce qu’ils ont une montée d’ocytocine, l’hormone de l’amour, quand ils se regardent. Cette découverte ouvre la voie à de nouvelles recherches sur l’autisme.

Les chercheurs japonais de l’Université Azabu à Tokyo (Japon) ont cherché à connaître les sources de la belle amitié qui lie l’homme et le chien. Et leur explication, publiée dans la revue américaine Science est surprenante : regarder un chien dans les yeux peut augmenter les niveaux d’ocytocine, ce qui rend les propriétaires plus affectueux et dévoués à leur animal de compagnie. Et vice versa. Lorsque votre chien vous regarde, il ne voit pas seulement le maître qui va lui fournir sa pitance mais son niveau d’ocytocine augmente également.

L’ocytocine, également appelée hormone de l’amour, est une hormone produite dans le cerveau qui est généralement libérée au moment de l’accouchement et lors de l’allaitement. Mais elle peut aussi toucher certaines zones spécifiques du cerveau impliquées dans les comportements émotionnels, cognitifs et sociaux.

Pour cette étude, les chercheurs japonais ont demandé à 28 propriétaires de chiens de passer une demi-heure en interaction avec leur animal de compagnie. Puis ils ont mesuré le taux d’ocytocine présent dans l’urine des chiens et de leur maîtres. Ils se sont aperçu que ce taux d’hormone était plus important lorsque l’homme et l’animal avaient échangé beaucoup de regards.

VOIR PLUS:  Eaux détox pour une peau nette et un corps de rêve

Lors d’une seconde expérience, les chercheurs ont pulvérisé soit une solution saline, soit de l’ocytocine, dans les narines de 54 chiens. Dans ce cas, les chiens qui avaient reçu l’ocytocine passaient plus de temps à regarder leur maître que les autres.

« Ce qui est surprenant, c’est que l’attachement entre l’homme et le chien est comparable à celui du parent et de l’enfant alors qu’il n’y a pas le lien de reproduction » a expliqué le Pr Takefumi Kikusui de l’Université Azabu.

Cette découverte pourrait ouvrir la voie à de nouvelles recherches sur l’autisme et conduire à la mise en place de traitements pour aider les personnes autistes à communiquer avec leur entourage.

 

Source:Top Santé