Les 5 conseils du plus grand médecin américain Dr OZ pour maigrir

Les 5 conseils du plus grand médecin américain Dr OZ pour maigrir

PARTAGER

Vous avez décidé de perdre du poids mais quelle que soit la méthode préconisée, il serait judicieux d’adopter au quotidien des astuces toutes simples pour faire la différence sur la balance. Voici 5 conseils en or du célèbre Dr Oz qui vous aideront à maigrir durablement et à apprendre à manger plus sainement.

Avant d’entamer tout régime, il est important d’être motivé et de ne pas se fixer des objectifs trop élevés. On vous énumère quelques points fondamentaux à suivre scrupuleusement pour une perte de poids durable et efficace.

Maigrissons peu, maigrissons bien

« Perdre 10 kilos en 2 semaines sans effort », « Moins de 7 kilos en une semaine ! », les régimes nous font miroiter une taille de guêpe en un temps record.

Seul bémol : l’idée de fondre en peu de temps est à contrario à l’origine de l’abattement de la majorité des personnes au régime. Les experts de la nutrition parlent là du « syndrome des faux espoirs ». L’idéal serait de se fixer un objectif réaliste pour ne pas souffrir de carences et éviter ainsi l’effet yoyo.

A la diète ? Tenez un journal de bord

Outre la balance alimentaire et le pèse-personne, le carnet de bord s’avère être tout aussi indispensable pour mener à bien un régime. Son action tient du fait qu’il engagerait les personnes à se responsabiliser et à contrôler leur alimentation en y consignant la quantité d’aliments consommés. Tenir un journal sert aussi à décrypter les comportements alimentaires et à les contextualiser suivant l’état d’esprit dans lequel on est au moment de manger. Stress, chagrin, mécontentement jouent sur notre façon de nous nourrir.

VOIR PLUS:  Les dangers du tabac : effets sur la peau

Privilégiez fruits et légumes au détriment des glucides 

Préférez les glucides complexes contenus dans les céréales, légumes secs, pain complet, pâtes, riz et qui sont digérés lentement, aux sucres rapides dont regorgent les biscuits et bonbons.

Dites-vous bien que si les confiseries vous donnent une bonne dose de stimulation énergétique, celle-ci n’est que de courte durée, d’autant plus que ces aliments à indice glycémique élevé, ne sont pas essentiels à l’équilibre nutritionnel.

Pour maintenir le taux de sa glycémie, préférez le fructose, ce sucre que renferment les fruits et qui possède un index glycémique bas. Le kiwi à titre d’exemple, est aussi peu calorique que concentré en éléments nutritifs. Pour résumer, privilégiez les fruits et légumes (les verts surtout) et consommez-en en quantités suffisantes, en ragouts ou en salades, pour vous sentir rassasié. Aussi, limitez votre consommation de viande rouge à 2 portions par semaine.

Plus on mâche, plus on maigrit

Saviez-vous qu’au-delà de 20 min de mastication, le cerceau et le corps se mettent d’accord, pour libérer l’histamine, cette hormone qui renvoie un ordre de satiété ? Des chercheurs ont d’ailleurs classé la volaille, le bœuf, les moules, le calamar, les crevettes, les aubergines, le chou cru, les brocolis dans la liste des aliments à fort index masticatoire.

Les bons gras, ces alliés minceur

Ne tombez pas dans le piège ! Tout ce qui est gras n’est pas néfaste. Il existe des sources de gras sains que l’on retrouve notamment dans l’huile d’olive, l’avocat, les légumes verts, les graines et les noix (lin, chanvre, amandes…) et les poissons gras (sardine, saumon, maquereau…) En revanche, les gras saturés présents dans les aliments transformés sont à proscrire.

VOIR PLUS:  Comment se débarrasser des kilos en trop

Boire de l’eau fait maigrir, info ou intox ?

L’eau et son rôle dans la perte de poids ne sont plus à démontrer. Pour vous en convaincre, basons-nous sur ce qui ressort d’une étude américaine menée sur deux échantillons de femmes, toutes au régime. Les femmes du premier groupe se contentaient d’un seul verre tandis que celles du second groupe en buvaient au moins deux litres par jour. Résultat : Au bout de 12 semaines, les femmes qui avaient consommé plus d’eau s’étaient délestées d’au moins 2,3 kilos de plus que celles qui n’en avaient consommé que très peu.

Boire peu d’eau peut entraîner un déséquilibre hydro-électrolytique. En des termes plus simples, ce dérèglement survient lorsque les apports en boissons et donc en électrolytes (sodium, potassium, magnésium, calcium, etc) sont minimes ou si les pertes en eau sont élevées (sudation, vomissements, diarrhées).

Apéritifs alcoolisés et régime ne font pas bon ménage. Pour info, ce breuvage enivrant est calorique, car riche en éthanol qui favorise la rétention des graisses. De plus, l’alcool a tendance à impacter l’alimentation. C’est un fait si les personnes qui consomment de l’alcool ont un irrépressible penchant pour la malbouffe.

Santé+