Comment calmer les bruits bizarres de notre corps

Comment calmer les bruits bizarres de notre corps

169
PARTAGER
Les gargouillements du ventre, les sifflements du nez et les craquements du cou sont parfois les symptômes de maladies à prendre en compte.

Ils ont beau être très gênants dans certaines situations, personne n’est à l’abri des bruits incontrôlables de notre corps. Si la plupart sont inoffensifs, certains peuvent cacher des maladies à ne pas sous-estimer.

Le grincement dans les oreilles

Après une longue journée de travail, vous allez finalement vous endormir la tête sur l’oreiller quand soudain vous entendez un bruit bizarre au niveau des oreilles, comme un grincement sourd. En cause, le passage du sang par la veine et l’artère carotide jugulaire, situées derrière l’oreille. Il devient perceptible quand l’oreiller bloque le bruit extérieur. Si vous l’entendez pendant la journée, les allergies ou une infection pourraient en être responsables. Un décongestionnant peut vous aider à en venir à bout.

Le cou qui craque

Rassurez-vous, le bruit de craquement quand vous bougez le cou n’est pas un signe de vieillissement, mais simplement le gaz emprisonné dans vos articulations qui éclate hors du liquide articulaire. Ce bruit n’a rien d’inquiétant, à moins que vous ne ressentiez de la douleur, surtout si elle descend le long du bras. Dans ce cas, consultez un médecin pour vous assurer que la racine nerveuse ne subisse pas de pression néfaste.

Le ventre qui gargouille

Ce bruit bizarre que vous entendez après le repas est un mélange d’air et de liquide qui se déplace à travers le tube digestif. Si votre estomac est vide, il est peut-être en train d’évacuer les restes de nourriture et de boisson, ou il vous indique qu’il est temps de manger. Quand vous avez faim, le cerveau envoie un signal à l’intestin qui stimule la même action. Si ces bruits sont accompagnés de crampes, de douleurs ou de nausées, pensez à vérifier avec votre médecin qu’il ne s’agit pas d’une occlusion intestinale partielle, qui nécessite parfois une intervention chirurgicale.

Le hoquet

Le responsable du « hic » qui nous échappe aux moments les plus inopportuns est le diaphragme, le muscle sous les poumons qui nous aide à respirer. Quand on mange trop vite, qu’on boit trop d’alcool, ou qu’on prend certains médicaments, il se contracte involontairement et la partie supérieure de la trachée se ferme, provoquant le bruit du hoquet. Totalement inoffensif, il est toutefois inquiétant lorsqu’il dure plus de 48 heures.

Le nez qui siffle

Très pénible lorsque vous êtes concentré, le petit sifflement du nez est généralement un signe d’obstruction des voies respiratoires. Un excès de mucus recouvre les voies nasales. Un décongestionnant en cas de rhume ou un antihistaminique en cas d’allergie peut aider à en venir à bout. Consultez un médecin si ces sifflements ont lieu après un traumatisme nasal, car il pourrait être lié à une déchirure du cartilage.

La toux avec sifflement

Une respiration sifflante entre deux quintes de toux peut être un signe d’asthme. Cette inflammation des voies respiratoires est gênante au quotidien, en particulier si vous faites du sport. Consultez un médecin si vous sifflez pendant que vous toussez, si votre toux dure plus que quatre semaines ou si la toux vous réveille la nuit.

Sante Magazine