Bientôt un régime adapté à nos gènes ?

Bientôt un régime adapté à nos gènes ?

42
PARTAGER

Même si les problèmes d’obésité sont influencés par plusieurs facteurs, des chercheurs américains pensent que la piste génétique sera exploitée dans les prochaines années.

Les personnes souffrant d’obésité qui arrivent à perdre du poids grâce au sport, à une alimentation équilibrée et à des médicaments ont peu de chances de maintenir ce poids sur le long terme. Mais, d’après une étude menée par un groupe des National Institutes of Health américains et publiée par la revue Obesity, ces personnes pourraient bénéficier d’un régime sur mesure adapté à leur patrimoine génétique.

En effet, la communauté scientifique a beaucoup avancé ces dernières années dans l’analyse du lien entre les gènes et l’obésité. Ils savent désormais que plusieurs gènes sont en cause : une mutation peut favoriser le stockage des graisses, tandis qu’une autre peut jouer sur l’hormone de la satiété et augmenter la suralimentation.

Des recommandations sur mesure

La compréhension de ces enjeux génétiques, ainsi que le développement actuel des technologies poussent à croire que de nouvelles techniques pour perdre du poids efficacement seront disponibles dans les cinq prochaines années, rapporte le site Popular Science. Les patients n’auront qu’à envoyer un échantillon de salive à un laboratoire qui se chargera de séquencer leur ADN. En tenant compte du niveau d’activité, de stress et de l’alimentation de chaque personne, un algorithme sera en mesure de calculer la meilleure méthode à adopter pour perdre du poids de façon durable.

Même si l’étude ne précise pas exactement à quoi ressembleront ces recommandations personnalisées, une étude récente avait déjà observé un meilleur contrôle du poids chez les personnes à qui on expliquait que leur obésité était liée à la mutation d’un gène. Mais les auteurs de l’étude sont conscients de la complexité des facteurs capables d’influencer l’obésité, comme les bactéries intestinales et l’environnement de la personne. Ils espèrent réussir à prendre en compte l’ensemble de ces causes pour arriver à trouver la solution idéale.

Source: Santé Magazine