Angleterre : une femme meurt après une chirurgie des fesses

Angleterre : une femme meurt après une chirurgie des fesses

PARTAGER
Jane Kiiza, une femme de 48 ans est morte en Angleterre après une chirurgie d’augmentation des fesses qui a mal tourné.

Avoir les fesses de Kim Kardashian n’est pas donné à tout le monde. Le « lifting » brésilien, chirurgie esthétique de plus en plus populaire chez les femmes, peut être fatal. En Angleterre, une femme a subi une chirurgie des fesses qui a provoqué une infection généralisée dans son corps. Elle en est décédée quelques jours après.

Il n’y pas les chiffres officiels concernant le taux de mortalité de la chirurgie esthétique des fesses, mais on stipule que la pratique précoce a déjà provoqué un grand nombre de décès. Surtout aux Etats Unis et en Amérique de Sud où elle est populaire grâce aux courbes rebondies de stars célèbres telles que Beyoncé et Kim Kardashian.

Le lifting brésilien, regroupe de nombreuses chirurgies esthétiques, comprenant l’extraction de graisse, appelé liposuccion, de l’abdomen, des flancs et souvent des cuisses. Puis, cette graisse est réinjectée ou greffée sur les fesses, afin de réduire le tour de taille et augmenter le postérieur pour une morphologie en 8.

Jusque-là uniquement populaire Amérique, elle est récemment devenue populaire au Royaume Uni. Selon le Daily Mail, un chirurgien britannique témoigne d’une hausse de 200 % du nombre de femmes qui font appel à cette chirurgie, qui coûterait environ 11 000€.

VOIR PLUS:  Traitement naturel pour l’hypothyroïdie

Dans de nombreux cas listés en Amérique, une intervention mal tournée peut provoquer l’entrée des tissus adipeux dans les veines. Par la suite, ils sont véhiculés jusqu’aux veines majeures qui entourent le cœur, ce qui entraine des embolies pulmonaires ou des blocages, qui peuvent être fatals.

Les chirurgiens britanniques mettent en garde contre l’extraction exagérée de graisse du corps. « Plus on enlève de graisse du corps en une seule intervention, plus on traumatise le corps et on augmente les risques des problèmes », explique au Daily Mail un chirurgien consultant qui a voulu rester anonyme.

Top Santé