12 conseils d’expert pour un ventre plat

12 conseils d’expert pour un ventre plat

295
PARTAGER

Le stress, la façon de manger, l’activité physique… tout cela intervient dans le processus digestif. Voici les 12 conseils du Dr Nys, nutritionniste et endocrinologue, pour retrouver un ventre plat… et le sourire !

On mâche

Notre estomac n’a toujours pas de dents ! Dans notre bouche, la salive « enrobe » les aliments et des enzymes commencent à la digérer. « Tout le travail qui n’aura pas été accompli ici devra l’être plus tard, explique le Dr Nys, par des zones digestives qui ont autre chose à faire. Ce qui provoquera inconforts et ballonnements . En outre, on mange avec une fourchette, pas avec un lance-pierre. Plus largement, on s’assoit tranquillement pour le repas, même si celui-ci ne dure que 10 minutes. Et si c’est le cas, on n’essaie pas de manger tout ce qu’on peut durant ce court laps de temps. On étale dans le temps : on mangera une orange encore plus tard… »

On évite les grosses quantités d’un coup

« On le sait, les gros repas sont un calvaire pour le système digestif, qui n’est pas équipé pour cela, explique le Dr Nys. Aucun individu ne peut digérer 2 entrées, 300 g de côte de bœuf avec frites à volonté, plateau de fromage généreux et mousse au chocolat à discrétion. Tous les organes peineront à la tâche, et cela se terminera forcément par des ballonnements dans le côlon. » On est raisonnable, on ne se ressert pas de tous les plats.

On fait attention à ses sensations digestives

Si à chaque fois que vous mangez des lentilles ou des poires, cela se passe mal, pourquoi s’obstiner ? « Encore faut-il prêter attention à ses réactions digestives, rappelle notre spécialiste. Cela commence par manger dans le calme, sans regarder la télévision ou faire 50 choses en même temps, sinon comment savoir ? »

On ne grignote pas

Le système digestif, comme tous les organes du corps, fonctionne selon un rythme travail/repos. « Si vous mangez sans cesse, même peu de chose, le système digestif travaille sans relâche, détaille le Dr Nys. Et vous, vous risquez de fermenter et donc de gonfler sans cesse aussi ! »

On fait une cure de probiotiques

Supplémenter temporairement sa flore intestinale peut être utile, « notamment les ballonnements sont associés à de la fatigue, une faible immunité, des allergies, et/ou si les problèmes ont commencé après un traitement antibiotique ou autre intervention médicale », souligne le médecin.

On masse son ventre

Se faire masser le ventre, et s’automasser soi-même est particulièrement indiqué. « D’une part le massage aide mécaniquement le bol alimentaire à progresser sur son chemin, et lutte ainsi contre la constipation, facteur classique de ballonnements. D’autre part, rien de tel pour se détendre, or l’on sait à quel point le stress peut faire gonfler », énumère le Dr Nys.

On profite d’une tisane (gourmande !)

Rien de tel qu’une infusion en fin de repas pour stimuler la digestion. « Heureusement à nouveau à la mode, les infusions de menthe, de verveine, de mélisse sont tout indiquées dans un régime Fodmaps et, plus largement pour digérer plus vite et plus facilement. Pour un maximum d’efficacité, ne sucrez pas ! », s’exclame le nutritionniste. Rien n’empêche d’y ajouter un carré de chocolat noir.

On fait confiance aux huiles essentielles

C’est la forme la plus puissante de soins par les plantes. « Une goutte d’huile essentielle de menthe poivrée ou de citron dans une quart de cuillère d’huile d’olive ou de miel, en fin de repas, stimule l’ensemble des fonctions digestives parfois un peu paresseuses. Mais une goutte, pas plus », tempère le médecin. Et ponctuellement, pas à chaque repas ni tous les jours !

On dégonfle instantanément grâce au charbon activé

SOS je dois dégonfler immédiatement ? « Avalez une capsule de charbon activé. Elle va « éponger » littéralement le gaz en quelques minutes, détaille le Dr Nys. Mais le charbon ne soigne rien et a tendance à éponger aussi d’autres choses, comme des molécules de médicaments ou autres vitamines ». A réserver aux cas d’urgence. L’équivalent homéo du charbon activé, c’est Carbo vegetabilis 5 CH. On en prend 3 granules dès que l’on commence à gonfler, et à nouveau 3 si nécessaire, une quart d’heure plus tard.

On prête main forte à nos enzymes digestives

Nous avons tous nos petites faiblesses enzymatiques, et elles ont tendance à s’aggraver au fil du temps. « Achetez en pharmacie des enzymes, conseille le médecin. Elles se présentent sous forme de pastilles à sucer ou de gélules à avaler juste après les repas, et viennent pallier à nos manques enzymatiques ».

On évite tout régime 100 % fruits/légumes

D’abord parce que « cela fait trop de fibres », d’autre part parce que « les protéines sont indispensables à l’intégrité de l’intestin », rappelle le nutritionniste. Du « tout fruit et légume », c’est l’assurance de ballonner.

On marche

La balade dominicale a ses raisons. « En sortant de table, marcher ne serait-ce qu’un quart d’heure aide fortement à digérer. Je le recommande après chaque repas, y compris après le dîner : de l’air frais, du calme, un léger massage du ventre puisque marcher fait travailler les muscles profond près des viscères, c’est une garantie digestive et sommeil profond», conclut le Dr Nys.

Top Santé