10 Signes précurseurs d’un cancer du côlon

10 Signes précurseurs d’un cancer du côlon

PARTAGER

D’après the American Cancer Society, 1 personne sur 20 présente un risque potentiel de développer un cancer colorectal au cours de sa vie… Les origines et les causes de cette tumeur sont inconnues. Elle se caractérise par la présence de cellules cancéreuses sur les polypes, dans la muqueuse du côlon. Ces polypes, quand ils ne sont pas traités, peuvent être dangereux et accélérer la détérioration de la muqueuse. Voici 10 signes précurseurs du cancer du côlon à connaître !

Les facteurs de risque du cancer colorectal

Certains facteurs peuvent être à l’origine du cancer colorectal comme l’âge (plus de 50 ans), la persistance de troubles intestinaux, les antécédents familiaux, l’obésité, le tabagisme, une consommation excessive d’alcool, un mode de vie sédentaire, le diabète de type 2, une consommation excessive de viande rouge et d’aliments transformés, etc. En fonction du stade d’avancement de la maladie, le cancer du côlon est une maladie difficile à traiter, d’où l’importance de reconnaître les signes précurseurs pour le traiter précocement et ainsi multiplier les chances de guérison.

Les 10 signes du cancer du côlon que vous ne devriez pas ignorer

Signe n°1 : la constipation

Dans un récent rapport publié dans le Asian Pacific Journal of Cancer Prevention, une étude met en relief le lien entre la constipation et le risque de cancer colorectal. La constipation est un indicateur important et peut être un symptôme de cancer du côlon.

Dans une autre étude publiée dans European Journal of Cancer en 2004, des chercheurs confirment l’hypothèse que la constipation ou une utilisation excessive de laxatifs prédispose au cancer du côlon.

Une tumeur présente à l’extrémité la plus éloignée du côlon peut être extrêmement difficile à traiter et à guérir, d’où la constipation. Si vous avez des difficultés en allant à la selle, sans raisons spécifiques, le mieux est d’aller consulter un spécialiste.

Signe n°2 : la diarrhée

Si vous souffrez de diarrhée pendant plusieurs semaines, cela peut être un symptôme précoce de cancer du côlon.

Si une tumeur obstrue l’intestin, elle peut entraîner des selles liquides, voire des gaz persistants, des douleurs gastriques, des nausées, des vomissements, etc. Une tumeur peut aussi perturber la muqueuse de l’appareil digestif. Si elle persiste pendant plusieurs jours, il s’agit d’un signe de déshydratation qui peut signaler une tumeur, d’où l’importance de vérifier votre santé.

VOIR PLUS:  Voici les premiers symptômes du cancer des os

Signe n°3 : présence de sang dans les selles

La plupart du temps, la présence de sang dans les selles est causée par les hémorroïdes (veines dilatées qui se forment dans l’anus). Mais si vous constatez du sang de couleur rouge foncé ou brun foncé dans les selles, cela peut indiquer une tumeur maligne : un cancer colorectal ou un ulcère de l’estomac. Consultez un spécialiste pour obtenir un diagnostic précis.

Signe n°4 : des mouvements intestinaux fréquents

Si vous avez souvent tendance à vous asseoir après un mouvement de l’estomac (mouvement d’entrailles), ce désagrément peut être un signe annonciateur du cancer du côlon, qui survient lorsqu’une tumeur obstrue l’intestin et l’empêche de se vider correctement.

Signe n°5 : des selles plus petites (et des difficultés à les expulser)

Des selles fines et petites sont un indicateur potentiel de cancer du côlon. Elles peuvent être la conséquence d’une tumeur dans le côlon, gênant l’évacuation des selles. Si vous constatez ce signe (tumeur maligne de l’anus), consultez un spécialiste pour vérifier votre état de santé.

Signe n°6 : un abdomen gonflé et des douleurs abdominales

Si vous constatez des douleurs dans la partie inférieure de l’estomac, ou une sensibilité au toucher, ces signes peuvent indiquer la présence ou le développement d’une tumeur maligne (stade précoce) dans le tube digestif, le côlon ou le rectum. Des douleurs à l’estomac constituent l’un des premiers signes ressentis chez les individus qui ont été diagnostiqués avec un cancer du côlon.

Ces douleurs abdominales peuvent être parfois d’une intensité très forte, elles peuvent indiquer que le cancer a commencé à se propager à différents organes. Si les douleurs à l’estomac persistent pendant plus de 3 jours, consultez un spécialiste.

Signe n°7 : l’anémie

L’anémie est une carence en fer qui se caractérise par une diminution anormale du taux d’hémoglobine dans le sang (contenue dans les globules rouges) et qui permet de transporter l’oxygène vers tous les organes du corps. Les effets secondaires liés à l’anémie, comme par exemple, la peau pâle, un pouls rapide, un essoufflement, des étourdissements, des mains et des pieds froids, ne doivent pas être pris avec légèreté.

Une anémie inexpliquée peut être un signe de cancer du côlon. Ce phénomène peut se produire quand la tumeur commence à provoquer des saignements dans le tractus digestif.

VOIR PLUS:  L’eau de javel fragilise la santé des enfants

Signe n°8 : une perte de poids inexpliquée

Si vous avez plus de 50 ans et que vous commencez à perdre du poids de façon très soudaine, sans motif particulier, il s’agit d’un signe inquiétant et préoccupant. Ce symptôme peut avoir un lien avec le côlon et/ou le rectum.
Un rapport récent, publié dans Annals of the Royal College of Surgeons of England, a révélé que la perte de poids inexpliquée se produit la plupart du temps dans une phase avancée de cancer colorectal.

Le développement d’une tumeur peut provoquer la perte d’appétit, car la maladie a un impact sur le système digestif, ce qui explique cette perte. Si vous constatez un amaigrissement important sans changement de régime alimentaire particulier, parlez-en à un spécialiste.

Signe n°9 : faiblesse et fatigue

Un autre effet secondaire précoce du cancer du côlon est une sensation généralisée de faiblesse. Un état de faiblesse anormal et récurrent ou la sensation de se sentir « vidé » après avoir exécuté une tâche est un signe inquiétant. La présence de polypes ou de tumeurs dans le côlon peuvent provoquer une insuffisance en fer qui déclenche une diminution du niveau d’oxygène dans le sang, d’où l’état de faiblesse ressenti.

Signe n°10 : gaz et ballonnements

Beaucoup de personnes subissent au quotidien les désagréments liés à la présence de gaz dans les intestins. Mais lorsqu’ils sont associés avec les symptômes énumérés, cela peut être un signe de développement d’une tumeur dans le côlon. Cette tumeur provoque un obstacle dans le côlon qui empêche l’évacuation des gaz, d’où les ballonnements. Consultez un spécialiste pour vérifier que vous n’avez pas de tumeur maligne.

Quelques conseils préventifs pour réduire les risques de cancer du côlon

• Une alimentation variée avec des légumes, des fruits frais et des céréales complètes ;
• Évitez de boire de l’alcool (à consommer avec beaucoup de modération) ;
• Limitez voire arrêtez la consommation de tabac ;
• Pratiquez un exercice physique pendant au moins 30 à 40 minutes, 5 fois par semaine ;
• Si vous êtes en surpoids, essayez de changer d’hygiène alimentaire pour perdre du poids de façon progressive ;
• Faites des tests de dépistage réguliers pour prévenir le cancer du côlon.

Source: Santé +